Conférence en ligne : Croissance numérique et protection de la planète, un oxymore ?

Le 20 novembre prochain, à l’occasion de l’édition 2020 de « Novembre Numérique », l’Institut français de Munich s’interrogera, en partenariat avec Bayfrance, sur les enjeux de la protection de l’environnement et du développement fulgurant du secteur du numérique.

Les émissions de gaz à effet de serre du secteur du numérique - pour ne citer qu’elles – qui d’après l’ADEME représentaient en 2019, 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre connaissent une croissance vertigineuse, que la crise du covid-19 n’aura pas ralenti, bien au contraire. Dans le contexte environnemental que nous connaissons et pour faire face aux engagements de l’accord de Paris sur le climat, les interrogations sont nombreuses sur l’impact que pourrait avoir cette filière du numérique sur l’avenir de notre planète.

Pour certains, le numérique serait la clé d’une gestion optimisée des sources d’énergie, faciliterait l’observation et la protection des espèces animales et végétales, et des ruptures technologiques à venir permettraient de réduire drastiquement son empreinte environnementale. Pour d’autres au contraire, il agirait comme un puissant accélérateur des destructions en cours, contribuant à épuiser les ressources et à plonger nos contemporains dans un présent perpétuel, étouffant toute possibilité de se projeter sur le long terme.

Afin de nous éclairer sur l’un des grands enjeux de notre époque, nous avons invité des experts d’horizons et de champs d’expertise aussi complémentaires que possible :

- Guillaume Pitron, journaliste, auteur notamment de « la guerre des métaux rares »

- Inès Leonarduzzi, présidente de l’ONG digital for the planet

- Denis Trystam, professeur à l’Institut d’ingénierie et de management de Grenoble, spécialisé dans l’optimisation des ressources énergétiques

- Thomas Hamacher, professeur à l’Université technique de Munich (TUM), expert des énergies renouvelables

Cette conférence aura lieu en ligne vendredi 20 novembre de 19h30 à 21h00 sur la page de Facebook de l'Institut Francais de Munich